Image1 QR Code Jalon E 
 
Image2 QR Code Jalon E
 
 
Cliquez sur le lien pour écouter
 
 

 

La population pénitentiaire au Val D’Yèvre

 

La population maximale d'enfants que Charles Lucas réclame dès 1838, comme la condition essentielle de la réforme pénitentiaire pour les détenus de tout âge et de tout sexe, est de 400. Le projet de règlement ministériel du 31 mars 1864 résout l'importante question de l'effectif maximal dont il fixe le chiffre normal à 300. Deux points de vue sont donc à concilier : le maximum de 300 est plus favorable à l'intérêt pénitentiaire ; mais celui de 400 convient mieux à l'intérêt économique et financier. Quant à l'intérêt agricole, si l'on applique les enfants au défrichement, ce qui semble la mission spéciale des colonies pénitentiaires, il est incontestable que le chiffre de 300 est souvent un obstacle aux opérations larges et sérieuses du défrichement. La colonie du Val d'Yèvre débute par environ vingt colons le 29 août 1847, puis ils sont cent au 1er janvier 1849. Cet effectif s'élève rapidement à 200 puis à 300 en 1852. À partir du milieu des années 1850, il atteint les 400 colons. L'effectif le plus important est obtenu en juin 1868 avec 459 colons. Lors de la fermeture de la colonie en 1924, il y en a encore environ 200 jeunes détenus. De 1847 à 1924, environ 5 000 jeunes garçons âgés de huit à vingt ans ont séjourné à la colonie agricole pénitentiaire du Val d’Yèvre.